comment faire économies maison

Comment faire des économies dans une maison ?

Nous voulons tous savoir comment faire des économies au quotidien dans une maison. En effet, cela permettrait de freiner nos dépenses, et pourquoi pas de mettre de l’argent de côté.

En complément de l’amélioration de son logement, il existe une multitude de mesures non coûteuses ou très peu coûteuses permettant d’économiser de l’énergie et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ces mesures concernent l’éclairage, la veille des appareils électrique, le chauffage, l’eau, l’aération, la cuisine et le confort d’été.

Voyons voir maintenant comment économiser de l’argent au quotidien, chez soi.

Comment faire des économies sur l’éclairage ?


L’éclairage représente jusqu’à 15% de la facture annuelle d’électricité spécifique. (hors chauffage et eau chaude sanitaire) (source ADEME 2007).

Des gestes très simples, de nouvelles habitudes et l’achat de petits équipements astucieux aident à mieux contrôler les lumières d’une maison.

Comment faire des économies sur l’électricité ?

•  Les appareils en veille

Les divers appareils électriques (TV, hi-fi, informatique) ont des consommations qu’il ne faut pas négliger. Une grande partie de ces consommations se fait en veille lorsque l’on n’utilise pas ces appareils. Cela peut représenter jusqu’à 10 % de la facture électrique. Il est donc recommandé d’éviter les positions “veille” des appareils électriques pour éviter toute consommation superflue. La consommation de veille d’un appareil électrique équivaut à une fuite d’eau sur un robinet. Pour vous faciliter la tâche, équipez-vous d’une multiprise avec interrupteur, qui vous permet d’arrêter tous vos appareils en un seul geste lorsque vous ne les utilisez pas.

• Téléviseur  

Une étude récente de l’institut GfK montre que le niveau de consommation énergétique d’un téléviseur est un argument décisif pour 75% des européens qui rendent ce critère prioritaire sur la taille de l’écran.


Les anciens téléviseurs cathodiques consommaient en moyenne 80 watts, contre 240 pour les nouveaux écrans plats. Une classification des appareils en fonction de leur consommation énergétique est à l’étude. Elle devrait permettre d’étiqueter les appareils High Tech en fonction de leur consommation, à la manière de ce qui existe déjà pour l’électroménager.

• Multimédia : attention énergétivore !

Le matériel informatique au sens large (ordinateurs, téléviseurs, consoles de jeu, etc.) est un gros consommateur d’énergie, contribuant ainsi à l’émission de gaz à effet de serre tout en alourdissant la facture des particuliers. Pourtant, il existe des techniques pour réduire sa consommation. Et les fabricants semblent désormais décidés à prendre des mesures drastiques pour mieux respecter l’environnement.

Contrairement aux appareils électroménagers par exemple, les équipements multimédia ne bénéficient pas d’un étiquetage permettant de connaître avec précision leur consommation d’énergie. C’est bien dommage, car les nouvelles technologies se révèlent particulièrement voraces dans ce domaine !


• Au bureau

En ces temps où l’économie d’énergie est de mise, une pléiade de petits gestes au quotidien, au bureau, permettront à votre entreprise de réaliser des économies non négligeables sur sa facture d’électricité.

Exemples.
Eteignez vos appareils électriques (ordinateur, imprimante, fax…) plutôt que de les mettre en veille.

Et, mieux, éteignez-les, même lors d’une pause déjeuner ou d’une réunion. Si vous le pouvez, éteignez-les complètement : ces consommations apparemment minimes d’appareils en veille (5 à 15 watts par appareil) peuvent représenter jusqu’à 10% d’une facture d’électricité. D’ailleurs, en juillet dernier, les Etats membres de l’Union européenne ont adopté une proposition de règlement pour réduire graduellement la consommation en mode veille des appareils électriques, qui prendra effet dès 2010.

Comment faire des économies sur le chauffage ?


La régulation du chauffage

Le bien-être ressenti dans une maison n’est pas qu’une question de température : humidité, courants d’air, paroi froide et mauvaise répartition de la chaleur sont des sources d’inconfort.
Le confort est assuré avec une température de 21°C dans la salle de bains, 19°C dans les pièces à vivre et de 16°C la nuit, dans les chambres à coucher.

Le chauffage est régulé par deux éléments complémentaires : une régulation générale (avec horloge de programmation et/ou sonde extérieure) qui commande la production et la distribution de la chaleur ; des robinets thermostatiques sur tous les radiateurs ou des thermostats d’ambiance qui prennent en compte les besoins spécifiques de chaque pièce.

La température de l’eau chaude sanitaire doit être comprise entre 55 et 60°C (mesurée au robinet) : en dessous, les bactéries pathogènes risquent de se développer ; au-dessus, le chauffe-eau s’entartre plus vite, ses performances et sa durée de vie diminuent. Des limiteurs de débit et mitigeurs procurent un confort supplémentaire tout en évitant les brûlures et le gaspillage d’eau chaude.

– l’installation d’un thermostat d’ambiance programmable économise environ 7 %,


• Un chauffage économe

L’utilisation d’énergies renouvelables comme le bois ou le solaire peuvent réduire sensiblement les factures de chauffage.
En cas d’absence de plus de 2h, baissez la température
– Systématiquement, pas seulement lorsque l’on part en week end. Baissez la température seulement, ne coupez pas le chauffage.
– Réchauffez votre domicile demandera plus d’énergie que si vous l’aviez laissé à température.
– Les murs et les meubles de votre habitation sont des « masses  inertes » longues à réchauffer.
– En cas d’absence supérieure à 2h, baissez la température de 3 ou 4 degrés pour maintenir une température moyenne de 15 / 16 degrés.
– En cas d’absence supérieure à 48h, basculez en position « hors gel ». Si vos émetteurs n’offrent pas cette option, calez la température entre 8 et 12 degrés.
La nuit, fermez volets, rideaux et persiennes pour garder la chaleur à l’intérieur de la maison. Ils sont autant de remparts contre le froid. N’obstruez pas les radiateurs : veillez par exemple à ce que les rideaux ne les couvrent pas.
En hiver, continuez à aérer les pièces mais par à coups, sans ouvrir les fenêtres au-delà de 5 minutes par pièce.


L’entretien des chaudières

Souscrire un contrat d’entretien, c’est économiser 8 à 12 % de combustible !

Comment faire des économies sur l’eau ?

– J’installe un réducteur de débit sur les becs des robinets et sur le tuyau flexible de la douche. Ce petit ustensile, aussi appelé mousseur ou aérateur, fractionne l’eau tout en en utilisant moins : on ne se rend pas compte de la perte de débit.
Economie : de 30 à 50 % d’eau sans renoncer au confort.
– Présent sur le mitigeur de la douche et sur le robinet, le réducteur de débit ne change rien au confort.
Prendre une douche (20 à 60 litres d’eau) plutôt qu’un bain : Economie :100 à 150 litres.
Si on fait couler l’eau avant de prendre sa douche pour attendre qu’elle atteigne la bonne température, on peut la faire couler dans un seau pour la réutiliser.
Ne pas laisser couler l’eau quand on se savonne sous la douche.


• Au jardin

Arroser les plantes le matin tôt ou le soir pour que l’eau utilisée ne s’évapore pas trop par l’action du soleil.
Vérifier la météo si de la pluie est prévue avant d’arroser
Récupérer les eaux de pluie pour l’arrosage
Choisir des plantes adaptées à la région, par exemple des plantes résistantes à la sécheresse dans les régions qui manquent d’eau
Le paillage retient l’humidité des sols

Comment faire des économies dans la cuisine ?

Utilisez des appareils à faible consommation d’énergie.
Dès que possible, couvrez vos plats pendant la cuisson ou utilisez un autocuiseur. Vous économiserez environ 30 % d’énergie.

• Four


Pour la cuisson, le four à micro-ondes consomme autant, voire plus, qu’un four classique : réservez-le au réchauffage.
Pour ce qui est des fours classiques, méfiez-vous des pyrolyses gourmandes en énergie, et de l’isolation, souvent insuffisante.
Limitez la durée du préchauffage de votre four et pensez à l’arrêter quelques minutes avant la fin de la cuisson.
Ouvrez votre four le moins souvent possible pendant la cuisson
– J’utilise le mode pyrolyse de mon four après une forte cuisson, pour bénéficier de la chaleur restante et utiliser moins d’énergie.
– Je réchauffe mes petits plats au four micro-ondes, c’est plus court donc plus économique.

• Plaque de cuisson


L’utilisation d’un couvercle et la cuisson en cocotte-minute réduisent la consommation d’énergie de 40 % à 70 %.
Une plaque de cuisson au gaz naturel ou à induction consomme en moyenne deux fois moins d’énergie qu’une plaque de cuisson électrique classique.
L’utilisation de casseroles plus larges que les plaques évite les pertes de chaleur.
– Je coupe l’alimentation de mes plaques électriques avant la fin de cuisson, la chaleur résiduelle suffit souvent pour terminer de cuire un plat.
– Je couvre ma casserole quand je fais bouillir de l’eau, ou mieux, j’utilise la bouilloire électrique.• Bouilloire classique, électrique ou micro- ondes?
Pour réchauffer l’équivalent d’une tasse d’eau’ pour préparer un thé, mieux vaut utiliser le micro-onde ou la bouilloire électrique (à condition de ne pas la remplir plus que nécessaire). L’utilisation d’une bouilloire ou d’une casserole sur le gaz ou une plaque électrique est à éviter l’énergie serait d’abord utilisée pour réchauffer l’ustensile, puis le liquide. Une perte d’argent et de temps à éviter.

• Réfrigérateur et Congélateur


Séparez le réfrigérateur de toute source de chaleur, installez le congélateur dans une pièce froide, cave ou garage.
La surcharge du réfrigérateur augmente sa consommation et diminue la durée de conservation des aliments.
Rangez les aliments sans leurs emballages carton et limitez l’ouverture des portes.
Plutôt que de décongeler les aliments dans le micro ondes, placez-les suffisamment à l’avance dans le réfrigérateur.
Ne laissez pas la glace s’accumuler dans le freezer, la consommation d’électricité peut augmenter de 30 %.
Dégivrez votre congélateur tous les 2 mois : 5 mm de givre équivalent à 30% de consommation énergétique en plus.
Il est recommandé de nettoyer la grille de votre réfrigérateur régulièrement.
De plus, les plats cuisinés non couverts placés au réfrigérateur peuvent favoriser la formation du givre. 

• Lave-vaisselle


Branchez-le si possible sur le réseau d’eau chaude : vous ferez des économies, le cycle sera plus rapide et l’appareil durera plus longtemps.
J’utilise mon lave-vaisselle, bien rempli, plutôt qu’un lavage en laissant l’eau couler : j’économise ainsi 25 à 50% d’eau.


• Lave-linge


– Remplissez bien votre machine avant de la faire marcher.
– Lavez le linge à 30 ou 40 °C plutôt qu’à 90 °C.
– Si vous avez le tarif « heures creuses », faites des économies en lançant vos machines à ce moment-là.
– Si j’ai une petite lessive à faire, j’utilise la touche demi-charge. Mais le plus économique reste encore de faire marcher le tambour plein, à basse température. Les lessives actuelles le permettent sans souci.

• Sèche-linge


Les cycles Eco permettent un gain d’énergie de 30 à 40 %, un lavage à 40°C consomme 3 fois moins qu’à 90°C.
Le sèche-linge est un gouffre à énergie : si vous en utilisez un, choisissez un modèle à évacuation libre plutôt qu’à condensation ; un essorage à 1200 tours/ minute réduit la dépense d’énergie du séchage.
– Le fil à linge vous fait économiser le sèche-linge énergivore.
En branchant le lave-vaisselle et le lave-linge sur le réseau d’eau chaude solaire, on économise jusqu’à 80% de l’énergie habituellement consommée par ces appareils.

Comment économiser l’été ?

Restez au frais !


Si pour beaucoup la climatisation reste la solution, son utilisation participe cependant aux émissions de Gaz à Effet de Serre, responsables du réchauffement climatique. Alors comment rester au frais cet été ?

Empêcher la chaleur de rentrer : isoler, utiliser au maximum des protections solaires extérieures (volets, persiennes…), préférer les couleurs claires qui réfléchissent la lumière…

Les fenêtres à vitrage isolant peu émissif sont aussi économes que confortables.

Limiter les apports de chaleur interne : les appareils consommateurs d’énergie présents dans votre logement ; la cuisinière mais aussi les lampes, le réfrigérateur, l’ordinateur… produisent de la chaleur, même en veille. Réduisez leur utilisation et équipez vous de prise programmable à coupure de vielle.
Evacuer la chaleur : dès que la température extérieure diminue, pensez à ouvrir les volets et fenêtres pour faire circuler l’air !

Des gestes simples


Si votre logement  n’est pas équipé de volets, vous pouvez coller un film solaire sur les vitres, ou opter pour des stores intérieurs ;
Brassez l’air : les ventilateurs les plus efficaces sont ceux qui se fixent au plafond ;
Humidifiez : un brumisateur ou un rafraîchisseur d’air peuvent être efficaces. Vous pouvez aussi adopter le « système D » : en faisant fonctionner un ventilateur devant un séchoir avec du linge mouillé, on peut diminuer la température d’une pièce de 2°C environ.

Bon à savoir !
Si toutefois vous devez recourir à la climatisation :
Que ce soit en voiture, chez vous ou sur votre lieu de travail, limitez la température de consigne à 4-5°C de moins que la température extérieure, c’est suffisant pour obtenir une sensation de fraîcheur. Au-delà de 7°C d’écart, l’air froid insufflé augmente le risque d’une affection du larynx ou d’une toux irritative.


L’aération


Si votre logement fonctionne en ventilation naturelle:
Une bonne aération permet de renouveler l’air intérieur et d’éviter la dégradation du bâti par l’humidité.
Il est conseillé d’aérer quotidiennement le logement en ouvrant les fenêtres en grand sur une courte durée et
nettoyez régulièrement les grilles d’entrée d’air et les bouches d’extraction s’il y a lieu.
Ne touchez pas les entrées d’air, sinon vous pourriez mettre votre santé en danger. Si elles vous gênent,
faites appel à un professionnel.
Si votre logement fonctionne avec une ventilation mécanique contrôlée
Aérez périodiquement le logement.